…c’est le poison qui rendait les chapeliers fous.

Le personnage d’Alice au pays des Merveilles n’est pas une invention de Lewis Caroll. Au XIXème siècle, de nombreux chapeliers soufraient en effet de troubles musculaires, de confusion mentale et de difficultés d’élocution. Ils étaient en fait intoxiqués par les vapeurs de mercure qu’ils respiraient durant la fabrication des chapeaux de feutre.

De la même manière, les comportements suicidaires de nombreux artistes de l’époque (comme Van Gogh) pourraient être imputables à la présence de plomb dans les peintures.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :